• Français
  • Nederlands
  • English
  • Deutsch
  • 简体中文

Coeur historique

Stavelot, une des plus anciennes villes de Belgique

Sa fondation remonte au 7e siècle, lorsque saint Remacle, moine limousin, fut chargé de l’évangélisation d’une région de l’Ardenne. L’abbaye double de Stavelot-Malmedy, principauté ecclésiastique rattachée au Saint-Empire romain germanique eut un rayonnement spirituel et politique important tout au long du Moyen-Âge. La Révolution française mit un terme à cette histoire glorieuse. Par le Congrès de Vienne en 1815, Stavelot se vit rattachée aux Pays-Bas et Malmedy à la Prusse. Dès 1830, Stavelot fit partie du Royaume de Belgique ; pour Malmedy, il faudra attendre 1919. Si la 1ère Guerre mondiale n’épargna pas la Belgique, comme toute la région, c’est surtout au cours de la seconde guerre, et tout particulièrement lors de l’Offensive sur l’Ardenne durant l’hiver 1944, que les deux villes sœurs auront à souffrir terriblement. De son passé, Stavelot garde nombre de souvenirs…
En voici quelques-uns…

    • Les vestiges de l’abbaye

      Vue sur les ruines de l’église abbatiale de Stavelot ; bases de colonnes et murs en pierres et tour d’entrée du 16e siècle ; au milieu des vestiges, 3 sculptures contemporaines en métal de l’artiste Serge Gangolf. Plus loin, on aperçoit des maisons anciennes à colombages et ardoises ainsi que le clocher de l’église Saint-Sébastien.

      Datent pour l’essentiel du 18e siècle. L’église abbatiale fut détruite peu après la Révolution. L’Abbaye de Stavelot est aujourd’hui devenue un pôle culturel incontournable de la ville!


    • La place Saint-Remacle

      Au centre la place pavée de galets d’eau et bordées de maisons du 18e siècle en pierre et à revêtement d’ardoises se trouve la fontaine du perron, toute en pierre ; Bac rond avec au milieu un haut socle pour le perron, colonne symbole des libertés acquises par les citoyens de la ville ; ce perron est soutenu par 4 loups, animal symbole de Stavelot.

      L’ensemble architectural qui entoure ce vaste espace recouvert des galets de l’Amblève est classé. La plupart des maisons datent des 18e et 19e siècles. Au centre, la fontaine porte le perron de la ville, symbole des libertés acquises par le peuple.


    • L’église paroissiale Saint-Sébastien

      Vue des toits en ardoises du centre historique de Stavelot et clocher de l’église.

      Edifice de 1751 qui abrite la châsse de Saint-Remacle, l’un des chefs-d’œuvre de l’orfèvrerie rhéno-mosane du 13e siècle : L’orgue Korfmacher 1841 y est régulièrement mis à l’honneur grâce à de prestigieux concerts.


    • Le Vinâve

      Fontaine en pierre du pays d’où l’eau jaillit pour tomber dans 2 bacs allongés et côte à côte ; à l’arrière, façades typiques de Stavelot en revêtement d’ardoises.

      Du latin vicinabilem, « voisiner »… Ce quartier fut le premier foyer d’habitations de la ville. Jolies maisons typiques, recouvertes d’ardoises, une fontaine de 1777, et toutes proches, deux des plus anciennes ruelles de la ville, la ruelle Delbrouck et la rue de la Fontaine.


    • L’hôtel du Mal Aimé

      Porche d’entrée de l’hôtel ; au mur, retranscription peinte à la main du poème la Mal Aimé du poète français Guillaume Apollinaire qui séjourna à Stavelot en 1899.

      Cet hôtel est tout entier dédié au souvenir du poète français Guillaume Apollinaire qui y séjourna l’été 1899. Ce fut les débuts d’un des plus grands poètes de la littérature française. Pour en savoir plus, rendez-vous au Musée Apollinaire !


    • Espace culturel des Capucins

      Intérieur tout en blanc de l’ancienne chapelle des Capucins restaurée – jubé en bois et dorures, une fresque, quelques peintures religieuses et sur un mur latéral, un grand Christ en bois.

      Tout proche de la rue Haute et de ses quelques maisons typiques à colombages, parfois aussi recouvertes d’ardoises ou de planches, l’ancienne chapelle des Capucins (1659), intégrée durant des décennies au Collège Saint-Remacle et désormais transformée en un très bel espace pour expositions et concerts.


    • La cour de Commémoration

      Hommage et dépôt de fleurs au Monument aux Morts de Stavelot. Statue de dame en bronze qui découvre dans un champs le casque d’un soldat mort au combat.

      Cet espace rend hommage aux troupes US qui  défendirent Stavelot en 1944, mais aussi aux soldats, résistants et civils tués au cours des deux guerres mondiales.


    • Le pont de l’Amblève

      Pont en pierre sur l’Amblève, rivière bordée par de nombreux arbres touffus.

      Ce pont est un des plus hauts lieux de la Bataille d’Ardenne de l’hiver 1944 ; divers monuments et un halftrack américain rappellent cette tragédie.


  • La Chapelle Saint-Laurent

    Chapelle romane en pierres du pays, la plus ancienne de Stavelot.

    Chapelle romane, de 1030, aussi appelée « chapelle de la maladrerie » en cette époque d’épidémies… et qui jouxtait la léproserie de la ville. C’est le plus vieux bâtiment de Stavelot.